23.5 C
Port-au-Prince
samedi, 19 janvier, 2019
Uncategorized

Panier alimentaire et conditions de sécurité alimentaire, Janvier 2016

Ordinairement, au seuil d’une nouvelle année, il s’avère nécessaire de dresser le bilan de l’année révolue (2015) et de faire des prospections pour celle qui s’en vient. Ce présent bulletin s’inscrit dans cette perspective. Contrairement à 2014 où l’accès aux aliments s’est grandement amélioré, en raison d’une baisse significative des prix, cette année les choses se sont révélées très compliquées, avec la chute significative de la production agricole, la dépréciation effrénée de la monnaie nationale par rapport au dollar américain et l’acuité de la crise sociopolitique. Sur les différents marchés, les prix des produits alimentaires importés et locaux renchérissent. Le coût nominal du panier alimentaire de base a progressé de plus de 7% en moyenne par rapport à 2014. L’accès aux biens alimentaires et aux autres services de base, pour la grande majorité, s’est significativement donc détérioré. Pourtant les prix alimentaires et des matières premières continuent à chuter sur le marché international.

 

Le tableau semble encore plus sombre avec la faible croissance économique enregistrée au cours de l’exercice 2014/2015 (1.7%), soit 1.1 point de moins par rapport à l’exercice antérieur (2.8%), couplée avec une baisse de plus de 3% de la production agricole (4% pour les céréales selon la FAO). A ce rythme, la lutte pour l’amélioration des conditions de vie, notamment pour la sécurité alimentaire est loin d’être gagnée. En fait, en modélisant les différents paramètres structurels et conjoncturels actuels, on est amené à l’évidence qu’au moins une croissance du revenu per capita de 5 pourcent par an entrainerait une réduction de la proportion de personnes en insécurité alimentaire de 10% d’ici à 2020. Or cela nécessiterait une croissance annuelle de plus de 7%; et ceci dans un climat sociopolitique serein propice au progrès  économique et social au profit du plus grand nombre.

La gourde se déprécie aussi par rapport au peso dominicain. Vu l’ampleur des échanges commerciaux entre les deux pays, notamment alimentaires, il faut aussi accorder une importance particulière à cette devise. Ce qui sera prise en compte au prochain numéro du bulletin de panier alimentaire.

Téléchargez le bulletin.

Related posts

Panier alimentaire et conditions actuelles de sécurité alimentaire, janvier 2015

CNSA

OSASE, prix à la consommation

CNSA

Observatoire de la sécurité alimentaire du Nord’Ouest

CNSA