23.5 C
Port-au-Prince
samedi, 19 janvier, 2019
Uncategorized

Panier alimentaire et conditions de sécurité alimentaire, Juillet 2016

Les prix des produits alimentaires locaux, en particulier des haricots, du riz (variété tcs-10), diminuent ou demeurent stables par rapport au trimestre précédent. La bonne performance de la production agricole de printemps en est pour beaucoup. A ce titre, bien qu’il ne diminue pas, le prix réel du panier a cru moins vite (1% en moyenne) comparativement au trPL-JUIL-16imestre antérieure (2%) et en glissement annuel, de 2.1 contre 6% enregistré précédemment. En revanche, son prix nominal reste très élevé, soit une croissance moyenne de l’ordre de 15.5% entre avril-juin 2015 et avril-juin 2016.

Parallèlement, les activités associées à la campagne de printemps ont permis à bon nombre de personnes, notamment des pauvres, d’avoir un emploi dans le cadre des récoltes en cours. Malgré tout, on ne saurait parler d’amélioration de l’accès aux aliments, en raison d’une part, de la tendance haussière des prix des produits alimentaires importés, en particulier le riz, dont les dépenses représentent en moyenne 30% du coût du panier alimentaire et, d’autre part, de l’accentuation de la dépréciation de la monnaie haïtienne par rapport au dollar. Cette situation entraine  une certaine rigidité à la baisse du coût du panier alimentaire.

 De surcroit, des facteurs comme les élections en perspective, la rentrée des classes en septembre et l’accès limité aux intrants agricoles constituent encore des contraintes à une amélioration soutenue et durable des conditions de disponibilité et d’accès alimentaires dans le pays. A cet égard, l’incidence de l’insécurité alimentaire, décrite en janvier dernier, ne va pas s’atténuer dans les zones vulnérables. Les communes actuellement en Crise (Phase 3 de l’IPC) passeront certes en Stress (Phase 2 de l’IPC) à partir de juillet, mais risquent de se retrouver dans la même situation, dès octobre prochain. Dans le Nord-est et le Plateau Central, le retard des récoltes maintiendra ces zones en Crise.

Ainsi, la légère amélioration des conditions de disponibilité et d’accès alimentaires, observée depuis mai, pourra ne pas aller au-delà de septembre 2016. Dans ce contexte, la recherche et le maintien de la stabilité sociopolitique et macroéconomique est une impérieuse nécessité, en vue d’un climat serein, favorable à l’investissement productif et générateur d’emplois durables. Un défi aux décideurs et aux hommes politiques du pays.

Téléchargez le bulletin

 

Related posts

Obsevatoire de la sécurité alimentaire du Sud’Est

CNSA

Alerte a l’insecurite alimentaire

CNSA

OSASE, prix à la consommation

CNSA