La panique liée à la crise sanitaire du COVID-19, l’appréciation du dollar américain par rapport à la monnaie locale et la fermeture de la frontière haitiano-dominicaine expliquent la hausse de 4% en rythme mensuel de la valeur du panier au cours du mois de mars 2020. En glissement annuel, une hausse de la valeur du panier de 25 % est observée. Les marchés de Port-de-Paix, de Jérémie, des Cayes, de Jacmel, de Ouanaminthe et de Port-au-Prince sont les plus touchés par cette hausse. Elle est surtout due à l’augmentation des prix du riz, du haricot, de l’huile végétale et du sucre.

Sur le marché international, on note une hausse relativement importante des cours du riz. Les hausses de prix à l’exportation du riz sur le marché américain au cours des trois premiers mois de l’année étaient respectivement de 3%, 5% et 4%. Par contre les prix du blé et du maïs sont relativement stables.

En octobre 2019, on avait estimé à 4.1 millions le nombre de personnes en insécurité alimentaire pour la période allant de mars à juin 2020. Les chiffres sont probablement à la hausse mais pas suffisamment élevés pour faire changer la phase des zones. En plus du bas-Nord-Ouest et les quartiers très pauvres de Cité-Soleil, la zone côtière de la Grande’ Anse et une bonne partie de l’Ouest, hormis la zone métropolitaine de Port-au-Prince, sont également en situation d’urgence (phase 4).

 

Telecharger le Bulletin.pdf